Diaspora, l’anti-Facebook, test de l’apha…

closeCet article a été publié il y a 8 ans 6 mois 16 jours, il est donc possible qu’il ne soit plus à jour. Les informations proposées sont donc peut-être dépassées...

Avant tout petite précision. Ce test n’est QUE ET UNIQUEMENT du côté utilisateur. Je ne dirai rien, ni même n’évoquerait pas, le code qui est derrière (j’y connais rien) et qui à l’incommensurable avantage d’être ouvert !

Mais avant Diaspora c’est quoi ?

On va faire dans le simple pour aller vers le compliqué.

D’abord, Diaspora (site original, site de la VF), on en parlait déjà sur Read Write Web en Mais 2010, ça va faire 2 ans, donc c’est pas « nouveau ». Et pour faire super simple, Diaspora est un réseau social à la Facebook. Et rien de plus, sur la forme.

En revanche sur le fond, c’est la que tout change, j’y viendrai plus tard.

Si l’on peut se connecter à ses amis, partager des gifs à la con avec ses contacts et choisir avec qui l’on partage quoi (les cercle de G+ ou les listes d’amis de Facebook) ils se ressemblent tous. Mais c’est à l’avantage de Diaspora, sobre, clair, efficace, l’inconvénient étant que tout s’étale sur la longueur. Facebook a du sortir sa timeline pour essayer de rendre les choses plus claires, et G+ reste le vainqueur, pour moi. Pourquoi ? Facebook est pollué par d’innombrables pub, app à la con et autres, G+ est sobre et clair, mais il faut quelques minutes pour comprendre le truc, Diaspora, y’a rien à comprendre, mais y’a aussi, pour le moment aucune app secondaire.

Bilan sur l’ergonomie : Diaspora, G+ : 1, FB  : 0

Sur la machine qui est derrière, Diaspora c’est du open source, et ça ça n’a pas de prix, pour tout le reste il y a Facebook ou G+. Rien d’autres à dire… Si, de fait vous pouvez, par exemple dans votre organisation, héberger un serveur Diaspora pour favoriser la communication « instantanée » dans votre boîte, tout en gardant quelques traces, en plus ça pourrait aider à collaborer, tout ça. Ca me fait penser à JIVE (que je n’ai pas encore testé) sauf que pour le coup c’est open source, à voir les fonctionnalités qui pourront être implémentées derrière Diaspora par contre. C’est là le point négatif de G+ et la suite d’app Google ça semble parfait pour le boulot en groupe… Mais pas de possibilités de mixer G+ et Google app directement dans une organisation (enfin app si, et c’est génial, mais pas G+ et puis le cloud présente des risques à prendre en compte…)

Bilan sur les possibilités d’usages (hors jeu hein… XD, amateur de farmville et autre bêtises, passez votre chemin) : Diaspora, G+ : 1, FB : 0

Finalement Diaspora, c’est le grand vainqueur (avec G+et Google apps) notamment grâce à  la possibilité (apparemment) de le faire tourner dans un intranet, ou un réseau particulier, par exemple, pour favoriser la collaboration. Le projet n’en est qu’à ses balbutiements et de fait il est difficile d’imaginer ce que ça peut devenir, notamment si un effort est fait sur le fonctionnement avec des applications tiers. On imagine en effet que si y’a des Diaspora app ou un système de gestion de documents ça pourrait être extrêmement puissant, surtout pour les pros, avec des degrés de personnalisation monumentaux.

Au delà de cela, j’ai fermé mon compte Diaspora, comme sur Facebook, comme G+, ou Twitter…

Pas besoin de cela, j’ai testé, j’ai pas approuvé. J’ai des amis, je leur envoie un mail ou téléphone, voir une lettre, je n’ai rien d’urgent et court à dire (Twitter), et quand je veux le dire « au monde », j’ai ce support, je ne vis pas de cette activité et n’ai pas besoin de me « surexposer ». Je ne dénonce pas une utilisation pro de Facebook (je l’ai fait et continue via la page Mangas-tv, même si le projet est arrêté, mais c’est une autre histoire), ni même une utilisation personnelle raisonnée (pas d’application externe, de jeu à la c*n, et de profil accessible à tout va…) et je ne suis pas, avec des pincettes, nécessairement contre la collecte de mes données perso (j’ai un compte gmail, c’est dire…). Ceci étant dit, c’est à chacun de balayer devant sa porte, et Diaspora à un énorme potentiel pour les pro, pour le public, « l’échec » de G+* nous montre l’hégémonie de Facebook…

Korben est sur Diaspora

* je veux dire que des gens (ici ou , par ou par ici) voient G+ comme tel, mais je ne suis pas forcément d’accord, victimes de la chasse aux visites je pense…

PS : pour des avis plus « techniques », y’a ça ou pas du tout technique y’a ça 

4 thoughts on “Diaspora, l’anti-Facebook, test de l’apha…

  1. Sympa la présentation!
    Je trouve que d’un point de vue technique il est plus intéressant pour un utilisateur d’utiliser un outils comme dispora. Comme tu le dis si bien l’outil correspond directement a l’usage que l’on veut en faire et on a moins peur pour nos données qu’ailleurs (suivez mon regard).

  2. C’est sur que c’est un point absolument fondamental. Mais, d’après ma modeste expérience, les gens s’en moquent totalement. Surtout quand tu rejoins un truc comme FB c’est surtout pour te « lier » avec des « amis » et rester en contact. De fait, c’est de l’économie de l’information, tout nœud dans le réseau augmente sa valeur, même si chaque nœud n’en a pas « conscience » mais recherche son propre intérêt. Bref, c’est du marché basculant. Si Diaspora arrive à valoriser cela suffisamment en offrant un contenu vraiment pertinent et en compensant le coût de transfert vers leur plateforme (là je sais pas comment ils peuvent faire) ça peut venir faire beaucoup d’ombres aux autres. Mais je penche pour l’utilisation pro sur intranet… A mon avis y’a un gros potentiel de ce côté.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *