Google, Facebook, Twitter, et la pub dangereuse…

closeCet article a été publié il y a 8 ans 5 mois 22 jours, il est donc possible qu’il ne soit plus à jour. Les informations proposées sont donc peut-être expirées.

Le géant de l’Internet et du Web vient d’annoncer un partenariat avec Stop Badware.

C’est avec d’autres membres, et pas des moindres (Facebook, Twitter…) que Google et Stop Badware forment désormais une alliance pour chasser la « mauvaise pub », comprenez celle qui ne respecte pas les conditions de Google pour Google, Facebook pour Facebook… En tout cas pour le moment.

Pour le moment car le but de cette alliance sera justement de définir de manière conjointe ce que c’est qu’une « bonne pub » dans le sens de la non-redirection sur des malware, addware et autre, vers du contenu contrefait… Si cela part de bon sentiment des industriels, si « réglos » soient-ils, s’allier de la sorte peut avoir du bon, comme du mauvais, voir du dangereux.

Quelle éthique (y’a pas de morale dans la pub hein, faut pas pousser…) sera derrière, faudra-t-il obligatoirement cotiser ou pas, pour avoir un label de pub « claire », être autorisé à diffuser de la pub via adsense ou autre ?

Si, effectivement, ça part d’un bon sentiment et que pour (je cite)  faire avancer le web, il faut que l’industrie travaille ensemble pour construire de meilleurs pratiques et de meilleurs systèmes et rendre le partage d’informations plus simple, que se cache derrière ces affirmations ? Non que je n’ai confiance en Google, le fait qu’elle ne manipule « que » de l’information aide, instinctivement je me méfie plus de ce que Procter & Gamble ou Danone mettra dans mon assiette que la pub que fera Google avec mes données personnelles (il ne faut jamais oublier de mettre en perspectives, sinon on en oublie les choses fondamentales), mais pourquoi ne vois-je aucun représentant d’un pouvoir public (même si Stop Badware est une ONG je n’ai aucune information sur son financement… Dommage).

En tout cas, c’est effectivement une excellente idée. Reste à voir ce qu’il en adviendra dans les faits.

2 thoughts on “Google, Facebook, Twitter, et la pub dangereuse…

  1. C’est dans la ligné de l’appropriation d’internet par une poignée d’entreprise. Certes une idée de base respectable mais on voie effectivement venir le coups …

  2. Oui, mais on peut aussi se poser la question de l’hégémonie américaine sur le net (ICANN et autre) par rapport à d’autres représentant non moins historiquement important (la France par exemple…).

    Mais oui, le manque de représentant des pouvoirs publics, même si ces initiatives sont réellement louables, pas de pouvoir citoyens j’aime pas… Un peu comme l’article sur la Quadrature que je viens de publier…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *