Steve Mann vs Mc Donald… Suite… Et fin ?

closeCet article a été publié il y a 7 ans 9 mois 4 jours, il est donc possible qu’il ne soit plus à jour. Les informations proposées sont donc peut-être dépassées...

Alors, dans la lignée de l’article précédemment écrit, comme je l’avais dit, il y a eu quelques updates…

En effet Mann a publié sur son blog plus d’informations (mais pas suffisamment je pense) du coup ça permet d’aller peut-être un peu plus loin dans la réflexion. Il est à noter que Mc Donald n’a pas posté de réponse « officielle » (enfin, j’ai lu y’a quelques jours, et j’ai arrêté de suivre l’affaire) mais que Mann a publié une de leur réponse reçue par mail. On verra aussi que beaucoup de choses peuvent être tirées pour la gestion d’une « crise ». S’ils ont appris, ils font les mêmes bourdes mais différemment.

Pour un rappel de l’histoire un peu plus complet, voyez l’article ici.

De plus, comme vous vous en doutez je suis « sensible » au traitement des données personnelles (en général, voir ce site), en allant du traitement des données vidéos prisent par les magasins (même si je ne me suis encore jamais pris la tête avec des magasins (voir la vidéo de Mann), ce que je ferai un de ces quatre, je vous tiendrai au courant) au traitement que Google fait du scan de mes mails (voir article sur LinkedIn, sinon amusez-vous aussi de parler de voyage au japon, ou de séjour thermal avec un ami vous verrez les pubs sur différents sites évoluer,  c’est « flippant » ).

Y’a plusieurs points à relever ici, comme le fait Mann, premièrement se pose la question de la quantité d’appareils connectés, captant, enregistrant tout un tas de données, sachant que ce n’est que le « début »… J’imagine facilement d’ici quelques décennies des appareils capables de faire des analyses « lipides / protides / glucides » d’un aliment par exemple. Imaginons le futur, c’est ce que Vinton propose ici clairement.

Vont-ils être interdits par Mc Do car ils permettent de filmer ? Quid de la personne qui rendre dans le magasin en répondant à un SMS ? Interdite aussi car elle est potentiellement en train de filmer ?

Deuxième point, se faire justice soi-même ? Évidemment non, pas dans une société « moderne ». Et c’est tout (le blog d’Eolas vous aidera).

Premier point positif, Mc Do a répondu de manière personnelle via Sébastien Perrochain, qui n’est autre que môssieur le « Directeur des affaires publiques et blabla » de Mc Do (voir Linkedin, GIYF). En substance ce monsieur explique à Mann qu’après interrogation des témoins y’a eu aucun soucis, rien, que tout c’est super bien passé et qu’il regrette que « our staff’s request that you stop filming in our restaurant offended you. As we previously informed you, our employees were simply attempting to protect the right of privacy of our staff and customers, a right which is protected by Article 9 the French Civil Code. We aim to provide all of our customers a great experience in our restaurants and remain committed to complying with the laws that govern our business and of the rights of all of our employees and customers. »

En français ça donne qu’il regrette que la « demande des employés d’arrêté de filmer dans le restaurant l’a offensé. Comme nous vous avons précédemment informé, nos employés ont simplement essayé de protéger la vie privée de notre équipe et client (alors que Mc Do a des caméras partout, ce que reproche Mann en fait), un droit protégé par l’article 9 du code civil. Nous avons pour but de donner à nos clients la meilleure expérience dans nos restaurants et nous restons engagés à respecter les lois qui gouvernent nos affaires et le droit de tous nos employés et clients ».

Mann insiste sur plusieurs points en ne répondant malheureusement pas à tous les problèmes que posaient ces précédentes interventions, j’y viendrai après.

1. l’enquête repose sur la déposition de témoins (employés ou pas) (conflits d’intérêt (Mann se propose même de relire les témoignages), témoignages recueillis par Mc Do…). ??? Et les caméras de surveillance ?

2.  Droit d’image.. Et surtout qui doit appliquer le droit !

Bon, ensuite Mann a simplifié tout ça, et a posé deux questions

(1) not allowing computerized seeing aids in McDonalds; and
(2) specifically identify the law that you claim exists against such technology and why you are taking that law (if it exists) into your own hands.

C’est légitime, mais s’il veut faire mieux, y’a pas 36 solutions, soit il passe un coup de fil à Eolas, soit il passe par une association de consommateur. Mais Mc Do et Sébastien posent aussi plusieurs soucis. Si effectivement c’est une très bonne chose que Sebastien est répondu « en personne », il précise qu’ils ont pu bouffer leur bouffe avant qu’on lui redemande d’arrêter de filmer. (Donc on lui a quand même demandé au moins une fois, sans qu’il soit précisé comment… Mann la copie du courrier…)

Enfin Mc Do n’a pas fait de nouveau communiqué officiel… Mais bordel, pourquoi ? Veulent-ils étouffer l’affaire ? Probablement, et ça fonctionne plus ou moins car Mann utilise ce prétexte, mais comme pour l’histoire de Domino’s, de La Redoute, ou d’autres (balancez donc en commentaires !), tout se passe et se termine, et on oublie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *