Illusion de maîtrise, facilité, littératie numérique… Constat amer : nous savons de moins en moins utiliser un ordinateur

closeCet article a été publié il y a 6 mois 4 jours, il est donc possible qu’il ne soit plus à jour. Les informations proposées sont donc peut-être expirées.

Je viens de m’apercevoir d’un truc cette année, plus que les autres alors que, paradoxalement, c’est celle qui a vu une explosion de l’usage des outils numériques (notamment à cause de la pandémie)… L’illusion de maîtrise bercée par une information facile d’accès s’est infusée, dangereusement, de partout et à produit une quantité, non négligeable de personnes adultes incapables d’installer un logiciel sur leur PC… Je précise qu’en tant que prof. à Grenoble Ecole de Management j’ai plus de 200h cours par an en « littératie numérique » et en « Technologie, Information et Management ».

Un constat amer…

Dans le cadre du cours de littératie numérique, les élèves doivent télécharger un outil de gestion bibliographique. Notre choix s’est porté sur Zotero, Téléchargeable sur zotero.org. C’est un outil qui permet d’avoir une base de données de sources d’informations et de les utiliser plus tard notamment en générant automatiquement une bibliographie à l’allure sérieuse par exemple.

Le processus d’installation est effectivement un petit peu plus compliqué que de télécharger une app dans un store puisqu’il faut, sur Windows, télécharger d’un côté un logiciel et de l’autre un add-on ou une extension pour le navigateur web Chrome, Edge où Firefox. Sur MacOs il faut télécharger l’outil et l’autoriser dans les préférences de Safari, pour faire simple. La procédure, pour ceux qui me lisent régulièrement j’en suis sûr et pour une majorité de personnes intéressées par les outils informatiques aussi, ne semblera pas particulièrement compliquée (sans être en un clic). Or, je constate avec amertume que pour environ 20% des effectifs soit environ 80 personnes (mais il y en a qui ne parlent jamais…) cela dépassent leurs capacités en autonomie pour faire cela en 10 / 20 minutes. Ces élèves sont de niveau licence, ce sont des jeunes adultes.

J’ai un autre exemple à ce sujet, des connaissances que j’estime souhaitent offrir un PC orienté jeux à un de leurs ados. Mais leur connaissance informatique est limité, et il leur est impossible de choisir. Jusque là ça se comprends. Mais, l’ado en question ne sait pas quels sont les composants nécessaires, comment ça marche même grossièrement, installer un OS ou des drivers et encore moins assembler sa machine… Alors même que l’utilisation pour jouer, surfer sur le web, est chose aisée.

Alors cette génération, qui est censée être totalement à l’aise avec l’outil informatique, est-elle incapable d’installer un logiciel ? En partie oui. Encore une fois, je n’accuse personne… Je constate avec amertume que ce qui était aisé (en tout cas je le sentais comme plus aisé) il y a 10 ans parait désormais si compliqué que cela en devient insurmontable. J’avais repris il y a 8 ans maintenant un papier connu : « les enfants ne savent pas utiliser un ordinateur ». Ces enfants sont désormais des adultes, ils ont des jolis iPhone, de beaux Mac ou des PCs de gamers, ils jouent à LOL et sont très actifs sur les média sociaux mais ne savent pas installé un logiciel sur leur PCs.

Pour certains la production de contenus Tik-Tok ou de petit business sur Insta est un passetemps ou une activité professionnelle lucrative. Pour la plupart la difficulté semble insurmontable, le RTFM est trop compliqué, alors qu’il résoudrait l’affaire, mais… C’est pas assez facile

Au delà de l’illectronisme ou de la littératie numérique, n’aurait-on pas oublié des connaissances de bases en informatique ?

Depuis pas mal de temps je vois apparaître la nécessité de former au « codage » d’enseigner l’algorithmie, parce que c’est important voyez… De mon côté je n’ai jamais été formé spécifiquement là dessus, bien-sûr j’ai fait un petit peu de Basic, du Pascal, un peu de grafcet, quand j’étais au lycée, mais c’était dans ma spécialité (sciences de l’ingénieur). En technologie au collègue, en lien avec l’électronique et l’informatique, on a fait un circuit imprimé et des trucs débiles (j’ai appris par cœur toutes les lettres du clavier, même avec du recul je suis pas sûr que cela m’aide à atteindre plus de 50 mots par minutes avec une précision supérieure à 95%). Ce n’est pas rien, et pourtant le numérique n’avait pas une place aussi importante dans nos vies, c’était y’a plus de 20 ans maintenant… Se focaliser sur des « usages » et des « pratiques » qu’il s’agissent d’utilisations d’outils numériques ou des transformations dans nos façons de faire en fait oublier la base je crois… C’est quoi un ordinateur, comment ça marche ?

Attention, ce que je souligne là c’est bien ce paradoxe, entre, d’un côté une vision dualiste du numérique (y’a les illettrés du numériques, dans la novlangue politique c’est les vieux et les précaires) et les autres (ceux qui savent l’utiliser, alors que factuellement la plupart ne sais pas,